lundi 13 février 2017

G. Labadie -Lagrave, « Voyage en l'an 2003 » (1889)

G. Labadie-Lagrave dans l'article « Voyage en l'an 2003 » traduit des extraits du texte Un viaje a la República Argentina en el año 2003 signé par M. Nilo Maria Fabra et paru dans Ilustracion espanola y americana n° 21 (1889). Il est frappant de constater l'extrême cohérence de l'imaginaire européen concernant le futur prévu. Les lecteurs français d'anticipation ancienne ne seront nullement dépaysagés tant le texte semble inspiré par Albert Robida.

VOYAGE EN L'AN 2003

La plupart des prévisions que Mercier a exposées dans sa description de Paris, en 2440, sont déjà démenties par les événements, en sera-t-il de même du Voyage en 2003 que vient de publier la Ilustracion espanola y americana ?
Nous éviterons de nous prononcer sur ce point de peur de nous exposer aux railleries des curieux qui pendant les premières années du vingt et unième siècle feuilletteront la collection du Figaro. D'ailleurs, il nous importe peu que les fantaisies de M. Nilo Maria Fabra se vérifient plus ou moins dans un délai de cent quatorze années, l'essentiel est qu'elles ne ressemblent pas à tant d'autres prophéties dont l'unique raison d'être est d'annoncer des calamités sans nombre dans un style obscur, déclamatoire et larmoyant. Nous pouvons suivre l'écrivain espagnol dans ses excursions à travers l'ancien et le nouveau monde sans avoir cet écueil à redouter.
- Allô !
- Que voulez-vous, répond par le téléphone l'employé de l'Express hispano-argentin.
- Un billet d'aller et retour de Madrid à Buenos-Ayres. Combien ?
- Quinze cents francs.
- Il me faudrait aussi, une lettre de crédit de vingt mille francs.
- C'est entendu.
- Je vous envoie par le tube pneumatique un chèque sur la Banque et mes bagages.
En moins d'un quart d'heure, le tube pneumatique, qui met les maisons des abonnés en communication avec la gare, m'envoie une médaille de nickel portant la lettre M, avec le numéro 5. Cette médaille représente le prix de la place que j'ai demandée et me donne droit à un crédit de vingt mille francs sur toutes les gares du réseau. L'ascenseur me transporte sur la terrasse qui est au-dessus de ma maison. Je prends le tramway électro-aérien et j'arrive à la station centrale de Madrid, d'où part la ligne hispano-argentine.
Il est à remarquer que dans ces préparatifs de voyage il n'est pas question de fiacre. Les progrès de la mécanique et de l'électricité ont supprimé ce moyen barbare de locomotion. En 2003, les cochers ne sont plus qu'un souvenir historique ; les vieillards racontent que depuis une cinquantaine d'années le dernier représentant de cette corporation est mort d'une grève rentrée.

***

Plus de fumée, plus de trépidations ; un moteur électrique a remplacé la chaudière à vapeur de la locomotive, et le train roule sans secousse sur les rails d'aluminium, qui depuis longtemps ont été préférés aux rails de fer. Les wagons sont en communication permanente avec le réseau universel téléphonique qui sillonne le globe.
Désirez-vous entendre l'opéra qui se joue en ce moment sur le théâtre d'Apollo de Rome ?... Il vous suffit de pousser ce bouton. Aimez-vous mieux vous tenir au courant des dépêches politiques ?
- Un appareil où le phonographe et le téléphone se combinent de la façon la plus ingénieuse emmagasine les nouvelles à mesure qu'elles arrivent. Vous avez sous la main une rangée de touches d'ivoire sur lesquelles sont écrits les noms de toutes les grandes villes de l'univers.
Voulez-vous savoir ce qui se passe à Madrid ? aussitôt une voix légèrement métallique, mais forte et claire, vous répond :
Madrid, 8 heures du soir. - L'Académie espagnole vient d'ouvrir un concours pour récompenser le meilleur discours parlementaire. Le style le plus laconique sera préféré. Les solécismes ne sont pas admis.
Touchez maintenant le bouton voisin qui est en communication avec Paris : 

 Paris, 8 heures 35 du soir. - La Chambre vient de voter un projet de loi qui dispense les députés d'assister aux séances. Les orateurs pourront rester chez eux et prononcer leurs discours en se servant du phonographe parlementaire.
Un appareil spécial sera mis à la disposition des interrupteurs.
Vous êtes prié de ne pas mettre le doigt sur la sonnerie qui donne des nouvelles de l'Angleterre. C'est aux voyageurs atteints d'insomnie que sont réservés les comptes-rendus de la Chambre des lords.
Mais voilà que, par mégarde, vous avez fait jouer le telépho-phonographe d'Autriche. Immédiatement il vous répond :
Vienne, 9 heures 30 du soir. - La question des Balkans... Assez... Assez... Assez...

***

Cependant, la locomotive électrique, roulant à toute électricité, passe sous un tunnel, le détroit de Gibraltar, et traverse le Maroc dont le patriotisme de M. Fabra a fait une province espagnole. Les hommes d'équipe crient : « Dakar, cinq minutes d'arrêt. »
Un coup de sifflet retentit et le train s'engouffre tout entier dans un immense navire sous-marin de soixante mille tonneaux, qui met la tête de ligne du Sénégal en communication avec la station du cap Saint-Roch, sur la côte du Brésil. Cette traversée qui dure deux jours est l'épisode le moins agréable du voyage, car les progrès de la science n'ont pas supprimé le mal de mer.
Une fois sur le continent de l'Amérique du sud, ce n'est plus qu'un jeu de parcourir quelques milliers de kilomètres entre le cap Saint-Roch et Buenos-Ayres, la métropole hispano-américaine qui, d'après le recensement du mois d'avril 2003, compte un peu plus de quatre millions d'habitants.
De toutes les prophéties de la Ilustracion espanola y americana, ce sera peut-être la seule qui se réalisera.

G. Labadie -Lagrave, « Voyage en l'an 2003 »,
in Le Supplément littéraire du Figaro n° 27 daté du 6 juillet 1889


A lire:
Nilo Maria Fabra Un viaje a la República Argentina en el año 2003 (en espagnol)

1 commentaire:

  1. Visionnaire, notre auteur!!! Un seul détail qui ne s'est pas réalisé (et qui ne pourra pas le faire).
    Tout le reste, on y est en plein.

    RépondreSupprimer