mardi 29 décembre 2015

Enigme du lundi, réponse du mardi #12

L'image d'hier était celle-ci:


Dans les années 1920, la fiabilité des moteurs n'était pas la même qu'aujourd'hui. Et voici à quoi servait ce "gadget" automobile: 


lundi 28 décembre 2015

Enigme du lundi #12

Dernière énigme de 2015 avec cet appareil... Mais à quoi sert-il ?


vendredi 25 décembre 2015

Avec ArchéoSF et Publie.net Noël n'est pas fini !

Avec les éditions publie.net jouez du 25 au 30 décembre


QUIZZ

Comment gagner ? Rien de plus facile:

Répondez aux questions posées sur le fil publie.net
TWITTER http://twitter.com/publienet
FACEBOOK http://facebook.com/publie.net
et participez au tirage au sort qui aura lieu le 31 décembre.

Durée du quizz : 25 décembre à partir de midi jusqu'au 30 décembre à midi.

Les réponses se trouvent sur le site publie.net et plus particulièrement dans la section BLOG…
Six gagnants pourront choisir entre recevoir Paris Futurs (1ère édition en fascicule) ou Femme à la nature morte ou un livre numérique en avant-première parmi cette sélection :

Balivernes hivernales, JY [Théâtre, parution officielle 8 janvier]
Oblique, de Christine Jeanney [Littérature contemporaine, parution officielle 10 février]
Avant que la ville brûle, Cosmas Politis, traduction Michel Volkovitch [Publie.Grèce, parution officielle 24 février]

lundi 21 décembre 2015

Enigme du lundi #11

Quel étrange accoutrement... Et pourtant il avait une utilité... Mais laquelle ?


samedi 19 décembre 2015

Xavier Privas, Dans cent ans (chanson), 1909

Gallica m'a permis de découvrir cette chanson sur un avenir lointain, qui est pour nous aujourd'hui dépassé. Comment le chansonnier Xavier Privas voyait-il l'an 2009?


jeudi 17 décembre 2015

Pierre Mac Orlan, La tenue militaire de l'avenir (1922)

La guerre future est un thème récurrent de l'anticipation ancienne. Elle se glisse parfois dans les publications qui semblent les moins portées sur la question comme ce périodique de l'élégance masculine datant des années 1920: Monsieur : revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur. Voici un extrait d'un article de Pierre Mac Orlan consacré à l'élégance militaire. Dans la conclusion Mac Orlan s'interroge sur la guerre de l'avenir et la tenue nécessaire pour y faire face. L'illustration qui accompagne l'article est de Guy Arnoux.

Quelle sera la guerre de l’avenir ? Une guerre de chimistes. Les officiers et les soldats seront vêtus de caoutchouc à moins qu'on ne trouve un produit permettant d'imperméabiliser la peau.
Leur havresac renfermera une pharmacie, un arsenal de fioles défensives contenant les produits et les sérums nécessaires à réagir contre les effets de l'attaque ennemie.
Cette guerre [celle de 1914-1918] fut la dernière guerre faite avec les anciens moyens : armes d'hast, armes à feu. La prochaine sera la guerre de l'électricité, des gaz, des bouillons de culture.
Trouver un uniforme muni d'isolateurs et permettant de lutter contre la tuberculose te les pestes rapides doit être la constante préoccupations des tailleurs militaires.
A cette époque on pourra d'ailleurs revenir aux grades apparents, ce sera une compensation, mettons une compensation.
Le seul progrès réalisé par l'humanité depuis des siècles c'est de rendre la mort violente de plus en plus atroce et de moins en moins décorative. Mais c'est, dans le sens que l'on voudra, un progrès et nous ne serions pas des hommes du vingtième siècle si nous n'éprouvions pour un tel résultat, une pointe d'orgueil, si l'on veut légitime, mais indiscutablement saugrenu.

Pierre Mac Orlan, conclusion de l'article « De la tenue des officiers et des soldats en temps de guerre et en temps de paix », in Monsieur : revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur , n° 1, janvier 1922, illustration de Guy Arnoux


A lire sur Archéosf:

mardi 15 décembre 2015

Enigme du lundi #10 Réponse du mardi

L'énigme portait sur cet appareil:


Voici la réponse





Article paru dans Monsieur, revue des élégances, des bonnes manières et tout ce qui intéresse monsieur - aujourd'hui on appelle ce magazine Lui :D - daté du mois de janvier 1922
Source: Gallica

vendredi 11 décembre 2015

Jean de la Hire, La Roue Fulgurante (édition 1940)


En juin 1940, Le Matin reprend en feuilleton La Roue fulgurante (paru à l'origine en feuilleton dans le même journal en 1908), chef-d'oeuvre conjectural de Jean de la Hire.
Un cahier de quatre pages fut tiré à part comme support publicitaire. La première page comprend une grande illustration signée Starace:


Les pages intérieures comportent aussi des illustrations comme celle-ci:





Le cahier est consultable ci-dessus grâce au lecteur exportable de Gallica.


jeudi 10 décembre 2015

[concours] Gagnez un exemplaire de l'anthologie Le Passé à vapeur !

A l’occasion de la sortie de l'anthologie Le Passé à vapeur, French Steampunk vous invite à participer à un concours sur Facebook et gagner peut-être un exemplaire de cette anthologie. Pour cela, rien de plus simple :


  1. Likez la page facebook de French Steampunk et d’ArchéoSF
  2. Rendez-vous sur la page de FSP et partagez (en mode public) le lien du présent article.
  3. Fin du concours Mercredi 16 décembre 2015 à 11:59. Les résultats (tirage au sort) seront communiqués le lendemain.
Bonne chance à toutes et à tous !
1 exemplaire papier et 2 exemplaires numériques à gagner.

mercredi 9 décembre 2015

Fabrice Mundzik, Fouilles archéobibliographiques (fragments), 2015

Fabrice Mundzik, rosnysien émérite et érudit dunanien, propose une anthologie de textes relevant de la science-fiction et de la prospective anciennes.

Présentation de l'éditeur:

"Fouilles archéobibliographiques (Fragments)", anthologie proposée par Fabrice Mundzik, est éditée en tirage limité : 99 exemplaires numérotés.

Au format 15,5 x 21 cm, cet ouvrage de 122 est imprimé sur papier Munken print 80 g  M1,8, papier légèrement bouffant ; sa couverture sur papier Keycolour embossé 300 g.

Au sommaire :
Propos liminaires
Fabrice Mundzik - Le Hasard et les circonstances
Raoul Ponchon - Animaux antédiluviens
Maurice Renard - Suzannah
Miguel Zamacoïs - Anticipation
J.-H. Rosny aîné - L'Homme détruit beaucoup trop d'animaux
Jean Bastia - L'Âge du nu
Pierre Le Franc - Le Masque de Mort
Michel Antar - L'Oncle Barbe-Bleue
Roger Dombre - Un Voyageur étrange
Lady Eléanor Smith - Le Musée de cire
Jean Mistler - L'Homme invisible
Sophie Colonna - L'Idée de Lord Vaughan
Jean Bréchal - L'Opération merveilleuse du professeur Brigdmann
Michel Thivars - Le Banquet
Pierre La Mazière - Anticipation
Lucien Brives - Les Nébuleuses spirales
Albert Keim - La Race nouvelle
Maurice Beerblock - Les Voyageurs pour l'infini, en voiture !
Renée Dunan - Irons-nous un jour dans la Lune ?
Jean Aubin - Les Temps futurs
Camille Mauclair - La Peur bleue
Albert Keim - La Dernière Idylle
Couverture et illustrations intérieures : Albert Robida et Noël Cerutti.

Présentation :
Glanés au fil du temps, les textes proposés dans Fouilles archéobibliographiques (Fragments) sont rares, inconnus ou méconnus, parfois même inédits en volume ; leur découverte est le fruit du hasard et des circonstances.
Selon Wilhelm Willms, « toutes choses ne sont accidents sans signification, œuvres du hasard, à moins que votre regard émerveillé qui les sonde, les connecte et les ordonne. »

"Fouilles archéobibliographiques (Fragments)" porte le n°0 de la collection Sérendipité.
Déposé à la B.N.F., son I.S.B.N. est : 979-10-94282-05-2
Vendu 13,50 €, vous pouvez commander cet ouvrage sur le site de Les Moutons électriques.

lundi 7 décembre 2015

Enigme du lundi #9

Quelle est la particularité de ce projet architectural ?


Source: Gallica

dimanche 6 décembre 2015

A toute vapeur ! voyage en pays Steampunk ! [podcast]

Sur France Culture, l'émission Mauvais genres du samedi 5 décembre se penchait sur le steampunk. 

Présentation de l'émission: 

Escapade, en ce samedi, sous la direction de notre invité Étienne Barillier dans l'univers du Steampunk, des vaporistes et des rétrofuturistes. Monde fascinant où se célèbre le culte, en littérature, peinture et art de vivre, certes de la vapeur, mais également du plus lourd que l'air et de tout le faste technologique émané d'un XIXème siècle vernien, wellsien et victorien Avec les interviews « steampunk » de Mona Longueville, Cirdann de Felrive, Commander Bob et The legendary converted Princess du groupe Victor Sierra.
collaborateurs : Jean-Luc Rivera, Pierre-Gilles Pélissier et Céline du Chéné.
invité: Etienne Barillier, professeur à Limoges, spécialiste de Philip K. Dick 

L'érudit Jean-Luc Rivera nous fait l'honneur de mentionner Le Passé à vapeur, anthologie publiée dans la collection ArchéoSF (à partir de 27mn21sec)


jeudi 3 décembre 2015

Charles Baudelaire, "Le monde va finir" (1880)

Rencontrer Charles Baudelaire sur ArchéoSF n'a rien de surprenant. Traducteur d'Edgar Allan Poe, il a côtoyé le merveilleux scientifique et eut même le projet d'un roman intitulé La Fin du monde cité dans les Fragments publiés en 1908 (Oeuvres Posthumes, éditions Mercure de France, 1908) avec cette mention:

La fin du monde. Un roman sur les derniers hommes. Les mêmes vices qu’autrefois. tances immenses. De la guerre, des mariages, de la politique parmi les derniers hommes. Les dernières palpitations du monde, luttes, rivalités. La haine. Le goût de la destruction et de la propriété. Les amours, dans la décrépitude de l’humanité. Chaque souverain n’a que cinquante hommes armés. (Éviter le dernier Homme) [Baudelaire fait référence au Dernier homme de Grainville]

Quelques autres textes méritent d'être annexés. Ainsi dans Fusées (paru à titre posthume en 1880), on trouve ce paragraphe sur le monde qui va finir:


Le monde va finir. La seule raison, pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel? — Car, en supposant qu’il continuât à exister matériellement, serait-ce une existence digne de ce nom et du Dictionnaire historique? Je ne dis pas que le monde sera réduit aux expédients et au désordre bouffon des républiques du Sud-Amérique, que peut-être même nous retournerons à l’état sauvage, et que nous irons, à travers les ruines herbues de notre civilisation, chercher notre pâture, un fusil à la main. Non ; car ces aventures supposeraient encore une certaine énergie vitale, écho des premiers âges. Nouvel exemple et nouvelles victimes des inexorables lois morales, nous périrons par où nous avons cru vivre. La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle, que rien, parmi les rêveries sanguinaires, sacrilèges ou antinaturelles des utopistes, ne pourra être comparé à ses résultats positifs. Je demande à tout homme qui pense de me montrer ce qui subsiste de la vie. De la religion, je crois inutile d’en parler et d’en chercher les restes, puisque se donner la peine de nier Dieu est le seul scandale, en pareilles matières. La propriété avait disparu virtuellement avec la suppression du droit d’aînesse; mais le temps viendra où l’humanité, comme un ogre vengeur, arrachera leur dernier morceau à ceux qui croient avoir hérité légitimement des révolutions. Encore, là ne serait pas le mal suprême.