mercredi 30 novembre 2011

Lorbert et H. Pellier, En l'an 1950

L'année 1950, comme l'année 2000, a nourri l'imagination de nombre d'auteurs. Dans le petit fascicule de la collection Les Livres roses pour la jeunesse, Lorbert et H. Pellier imaginent en 1919 ce que sera l'année 1950. Ils nous emmènent dans les pas d'un enfant de cette époque qui possède un jouet-hydravion, utilise le télé-photo-phone et se déplace avec des moto-patinettes. 




Pour aller plus loin:

dimanche 27 novembre 2011

Bilan après 6 mois d'ArcheoSF

Le 27 juin 2011, je lançais ce blog consacré à l'anticipation ancienne, la proto-science fiction, le merveilleux scientifique, cette littérature qui est l'ancêtre de notre science fiction moderne.
La tradition des blogs veut que l'on donne quelques statistiques de temps en temps. Je n'ai pas doté ArchéoSF d'un appareillage statistique aussi important que d'autres blogs que je tiens ou j'ai tenu. Il faut donc se contenter du minimum offert par blogger.com.
Ayant déjà quelques connaissances en blogage, ce blog a vite trouvé son rythme de croisière en près de 160 billets ont été publiés en 6 mois.
Les cinq billets les plus lus sont:

Globalement 15000 pages ont été vues en 6 mois et depuis deux mois, entre 100 et 200 pages sont vues chaque jour. Merci de votre fidélité!

vendredi 25 novembre 2011

Capitaine Ricardo, L'Anéantissement

Continuons notre présentation des couvertures des fascicules relevant de la science fiction dans la collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent par le Capitaine Ricardo avec cette soucoupe volante illustrant le n° 156 intitulé L'Anéantissement...

jeudi 24 novembre 2011

Aidons nos voisins martiens!

La Joie de la maison était un journal hebdomadaire illustré publié de 1891 à 1914. On y trouvait des articles plus ou moins sérieux, des romans en feuilleton, l'actualité des grands de ce monde, ...
Dans le n° 192, R. Champrosay s'émeut du sort des Martiens. En effet, en 1894, les astronomes ont remarqué des activités sur Mars que l'on pense alors être soit un gigantesque incendie, soit l'éruption d'un super-volcan. R. Champrosay fait donc appel à la générosité des Terriens...

Par ci par là


Je n'ai pas appris sans une certaine émotion, facile à comprendre, qu'un terrible sinistre ravageait la planète Mars. D'immenses lueurs ont indiqué à nos astronomes qu'un volcan en éruption ou un gigantesque incendie désolait les propriétés de nos sympathiques voisins d'outre-ciel. Evidemment, il doit y avoir des victimes, et nous devons à notre réputation de Monde civilisé de ne pas rester froids en présence d'un tel désastre. Les habitants de la Terre ne peuvent se désintéresser d'une telle infortune et, s'il est certainement inutile de songer à envoyer sur le lieu du sinistre les pompiers terrestres, retenus à Paris par leur Congrès, au moins devons-nous songer à réparer, dans la mesure de nos moyens, les ravages causés par cette catastrophe. Il faut que les Martiens sachent combien nous nous intéressons à leur malheureux sort.
Je propose donc d'ouvrir une souscription monstre dans le monde entier, par l'intermédiaire de tous les journaux, pour venir en aide aux victimes de Mars.
Un programme détaillé fera connaître ultérieurement les conditions de la souscription et comment les fonds devront être centralisés, mais je tenais dès aujourd'hui a prévenir mes lecteurs, avant que leur budget de charité soit entièrement épuisé.

mercredi 23 novembre 2011

Capitaine Ricardo, S.O.S. ici la Terre !

Le Capitaine Ricardo et ses fabuleux fascicules nanars!
Voici pour le plaisir des yeux la couverture de S.O.S., Ici la Terre! une aventure au charmant goût rétro-futuriste!





D'autres fascicules relevant de la science fiction ont déjà été présentés sur ArchéoSF:


Une suite à lire:
Futura City
La Reine des montagnes
Révolte sur Urtus
Une autre série:
L'Homme d'acier

mardi 22 novembre 2011

Le Météore n° 11 vient de paraître


Le fanzine Le Météore dirigé par Michel Vannereux consacré à la science fiction populaire voit son numéro 11 paraître.

Au sommaire:
Doc Savage, mort d’une légende (2)
L’homme qui a vu le futur (2)
Les héros du Fleuve - Jean Kariven (2)
Rhodan Scope
Jules Laborde, dit le Tigre (2)
Bob Morane, dernières parutions
Le Rayon Fantastique
Tournage sur Pluton

Deux articles ont plus particulièrement retenu mon attention: celui consacré à la fabuleuse collection Le Rayon fantastique ( 1951 - 1964 ) et celui informant sur les dernières publications de la saga Bob Morane (informations toujours précieuses car la distribution de ces ouvrages est pour le moins chaotique). Les amateurs de space opera retrouveront de nombreuses informations sur l'interminable série Perry Rhodan et la sorte de "prequelle" qui paraît en Allemagne ainsi que la suite de l'article sur le héros de Jimmy Guieu nommé Jean Kariven.

Toutes les informations sur le site du Météore.

samedi 19 novembre 2011

L'Aéro-Home, c'est l'avenir !

Modifier l'habitat humain pour lui faire quitter le sol, voici la merveilleuse idée de l'inventeur (fictif) de l'aéro-home!



Dessin de Paul Balvin, 1893

jeudi 17 novembre 2011

Les voyages interplanétaires ? C'est pour bientôt ! ...

C'est en tout cas ce qu'indique l'article suivant signé Bernard Gervaise et publié dans Le Quotidien de Montmartre en... 1930 !

M. Robert-Esnault Pelterie, qui consacre depuis des années le meilleur de son activité à l'étude de cette science nouvelle qu'on nomme l'astronautique, vient de faire une conférence au cours de laquelle il a prononcé les paroles suivantes :

«A la suite d'examens approfondis de la question, je peux conclure qu'avant dix ou quinze ans, le voyage dans la lune et retour à la terre sera réalisable. Il ne dépend plus maintenant que d'un facteur, la découverte du mécène qui consacrera les millions nécessaires à la construction et à la mise au point de l'appareil de transport interplanétaire. »
En considérant d'une part le rythme accéléré qu'affecte à notre époque le progrès des découvertes mécaniques et, d'autre part, l'ardeur que l'on apporte à les utiliser, on peut être certain que si le voyage Terre-Lune et retour devient réalisable dans deux ou trois lustres, comme le veut M. Robert Esnault-Pelterie, il sera immédiatement réalisé, d'abord par quelques hardis sportifs amateurs de gloire, puis par une quantité d'amateurs de plus en plus considérable.
Avec une rapidité surprenante, nous verrons surgir des Compagnies commerciales astronautiques dont les services organiseront tout d'abord des «baptêmes de l'éther», puis peu à peu des excursions plus étendues ! Trois jours dans la Lune... « Paris-Neptune, via Mercure, Jupiter, Saturne, Uranus et retour...» Nous irons passer le week-end à la surface de Séléné ; nos grandes vacances se passeront au bord des canaux martiens, plus poissonneux, il faut l'espérer, que les rivières d'ici-bas et Vénus sera le but tout indiqué de tout voyage de noces !
La nouvelle invention arrive d'ailleurs à point nommé. Elle répond à un des plus pressants besoins de notre pauvre humanité dont le domaine se rétrécit de jour en jour à mesure que s'accroît la vitesse des véhicules mécaniques.
Il y a seulement un siècle, il fallait quinze ou dix-huit mois pour faire le tour du monde, le plus long voyage que l'on puisse accomplir sur terre en ligne droite ou, si vous préférez, en ligne courbe.' Cinquante, ans plus tard, le temps-limite de cette randonnée avait déjà beaucoup diminué, puisque les héros de Jules Verne purent le réduire à 80 jours. Aujourd'hui, nouveau progrès, les aviateurs doués de quelque endurance et de bons moteurs bouclent la boucle en moins de trois semaines.
Dans quatre ou cinq ans, moins peut-être, c'est en trois jours que se fera ce périple.
Enfin, un jour viendra, plus tôt qu'on ne pense sans doute, l'on pourra se faire transporter sur n'importe quel point du globe en moins d'une journée. Ce sera la mort du tourisme, tout au moins du tourisme terrestre. Qui donc, en effet, voudrait se mettre en route pour si peu !
Il était grand temps, comme on le voit, que de nouveaux débouchés s'ouvrissent à notre activité. Grâce à l'astronautique, c'est chose faite, ou presque. Lorsque nous nous sentirons par trop à l'étroit sur notre misérable planète, rien ne nous empêchera de nous échapper par la tangente pour aller faire un petit tour dans les étoiles.
Espérons que cela contribuera dans quelque mesure à désembouteiller les routes de banlieue !
Selon Jules Verne, le meilleur moyen pour aller dans la Lune était de s'y faire expédier par un canon géant, à l'intérieur d'une sorte d'obus de gros calibre. M. Robert Esnault-Pelterie estime qu'il vaut mieux s'y rendre à bord de la fusée-dirigeable inventée il y a deux ou trois ans par le professeur allemand Hermann Oberth.
C'est ce merveilleux engin qui nous permettra d'aller nous promener un jour dans l'éther comme on se promène actuellement dans les airs.
Puisse-t-il ne jamais servir à autre chose, mais hélas ! n'y comptons pas trop ! Jusqu'ici, toutes les inventions primitivement destinées à faire le bonheur du genre humain ont été tour à tour mises au service de l'art militaire. Il est donc fort probable que la découverte du professeur Oberth ayant été comme les autres détournée de son véritable objet, nous verrons bientôt la fusée se substituer à l'obus dans les applications ordinaires de la balistique.
Et vous pensez, avec un engin capable de marmiter la Lune, quel jeu ce serait pour des artilleurs européens de démolir New-York, Yokohama ou Pékin tandis que les artificiers américains, japonais ou chinois écraseraient Paris, Londres, Rome et Berlin !
Une fois de plus, notre pauvre humanité, dont l'ambition était de canarder pacifiquement les astres, n'aura fait que cracher en l'air pour que ça lui retombe sur le nez !

Bernard Gervaise, "Les Gaietés de la semaine" (extrait), 
Le Quotidien de Montmartre , n° 36, 11 mai 1930

mardi 15 novembre 2011

Capitaine Danrit, La Guerre de demain ( affiche )

L'arsenal publicitaire pour lancer des feuilletons en livraison ou en volume était important au moins jusqu'à la Première Guerre Mondiale. Des encarts étaient publiés dans la presse. Des affiches couvraient Paris par exemple pour le lancement de Fantômas. Les "Guerres futures" étaient à la mode et le Capitaine Danrit un auteur à succès. En 1889, l'affiche qui suit faisait la promotion de La Guerre de demain.

La Guerre de demain par le Capitaine Danrit... : [affiche] / [non identifié] - 1
Source: Gallica

lundi 14 novembre 2011

Cyrano de Bergerac et le phonographe

On indique souvent que Cyrano de Bergerac fut le premier concepteur de la fusée à étages
 ( tout au moins le premier à décrire le principe dans une oeuvre de fiction). On lui doit aussi d'autres inventions comme le phonographe comme nous le rappelle un petit entrefilet publié dans Supplément littéraire du Figaro daté du 2 octobre 1910:


Cyrano et le phonographe

Les écrivains sont des manières de prophètes. On l'a vérifié plusieurs fois depuis le triomphe des récentes inventions les sous-marins, l'aéroplane. Cyrano de Bergerac, lui, avait prévu le phonographe :
Mon démon me dit « Pour vous divertir, voici un livre que je vous laisse! » Ce livre était dans une boîte. A l'ouverture de la boite, je trouvai je ne sais quoi presque semblable à nos horloges, plein de je ne sais quels petits ressorts et de machines imperceptibles. C'est un livre à la vérité, mais c'est un livre miraculeux, qui n'a ni feuillets ni caractères; enfin, c'est un livre où, pour apprendre, les yeux sont inutiles on n'a besoin que des oreilles. Quand quelqu'un donc, souhaite lire, il bande, avec quantité de toutes sortes de petits nerfs, cette machine, puis il tourne l'aiguille sur le chapitre qu'il désire écouter, et au même temps, il en sort, comme de la bouche d'un homme ou d'un instrument de musique, tous les sons distincts et différents qui servent, entre les grands lunaires, à l'expression du langage. »
Le fantaisiste auteur des Voyages dans les États de la Lune et du Soleil se contentait de « je ne sais quelle » mécanique, mais il avait du goût pour la physique amusante.


Image: Edison et son phonographe